Intervention de Pierre Mialinko au Conseil municipal de novembre 2020

Délibération 10 – Vente de la thermoscelleuse de la cuisine centrale

Merci Monsieur Le Maire,

Tout ça pour la vente d’une thermoscelleuse allez-vous me répondre, mais vous imaginez bien que la présente délibération ne saurait se résumer à une simple vente d’un objet matériel. En effet, celle-ci soulève l’ensemble des problématiques posées par le devenir de la cuisine centrale et en dit long sur la place que vous accordez aux services publics à Conflans. La cuisine centrale que vous avez pris soin de brader en est l’exemple le plus flagrant.

Commençons tout d’abord par faire un petit rappel historique du terrain concerné par la présente délibération au sein du quartier du Renouveau.

En mai 2018, le Conseil Municipal de l’époque avait décidé du déclassement par anticipation du terrain situé au 34 rue du Renouveau accueillant aujourd’hui la cuisine centrale en vue de son incorporation dans le domaine privé de la commune. C’était l’acte I.

Les délibérations 17 et 18, votées par vous et votre majorité de façon unanime lors du Conseil Municipal du 06 juillet dernier ont respectivement porté d’une part, sur l’approbation de la cession dudit terrain au bailleur « Résidences Yvelines Essonne » et d’autre part, sur l’autorisation donnée à ce dernier pour déposer toute demande d’autorisation d’urbanisme sur ce même terrain. C’était l’acte II. D’ailleurs, Cette politique de vente de foncier est en cohérence avec les mêmes politiques suivies dans les communes GPSO sous obédience de votre ami Monsieur Bédier.

Je rappelle que ces deux délibérations proposées le 06 juillet dernier vont permettre à votre bailleur de rentabiliser cet espace et de densifier une zone déjà dense en logements sociaux et bien entendu sans cohérence urbanistique et avec une architecture de promoteur standard, banale et répétitive. Bonjour l’esthétisme et la qualité architecturale à Conflans ! Je ne me fais par ailleurs aucun doute sur l’issue du Permis de Construire de cette opération immobilière car vous avez déjà négocié et tout verrouillé avec le bailleur. En effet, celui-ci est déjà acquis ou quasiment acquis pour votre bailleur qui à l’heure actuelle doit être surement en train de se lécher les babines ayant affaire à un Maire aussi généreux que vous. Inutile de rappeler à ce propos l’objet des délibérations 17 à 22 votées par vous et votre équipe le 06 juillet dernier ayant surtout porté sur la cession de terrains à Conflans à ce même bailleur. Les terrains concernés sont pour rappel le 34 rue du Renouveau, le 4 rue de la Chasse et le 125 boulevard du Général De Gaulle. Je ne reviendrai pas là-dessus car j’ai déjà eu très largement l’occasion de m’exprimer sur le sujet et vous connaissez mon avis. Vous avez les moyens Monsieur Le Maire de vous opposer à tous ces prochains Permis de Construire car vous en êtes la seule autorité compétente.

Entendons-nous bien, je ne suis pas contre l’évolution urbaine du quartier du Renouveau. Toutefois, ma vision urbaine pour ce secteur est bien différente de la vôtre Monsieur Le Maire. Lors d’une précédente modification du Plan Local d’Urbanisme au cours de votre premier mandat, vous avez refusé d’établir une zone de logements sur toute la zone du Renouveau à la place des hangars. Or, cette politique aurait permis de constituer un quartier ouvert comprenant des espaces verts en assurant la liaison entre les logements Renouveau et ceux de la ZAC Alcatel. Des trames vertes et bleues auraient pu être intégrées à ce projet urbain dans un souci de liaison harmonieuse avec les quartiers aux alentours. La densité du quartier aurait été préservée et contrôlée en y proposant des logements de faible hauteur avec une emprise au sol raisonnable à la place des hangars. Au niveau architectural, il aurait été parfaitement possible de rompre avec l’architecture classique de promoteur en ayant eu recours à une architecture traditionnelle ou plus contemporaine à travers l’utilisation du matériau bois par exemple. Le PLU aurait très bien pu évoluer dans ce sens réglementairement parlant à l’échelle de ce secteur en vue de proposer cet aménagement urbain de qualité à la place des hangars. A l’époque, vous avez refusé d’entendre cette proposition en argumentant que ce site était vétuste et insalubre pour envisager une opération de rénovation urbaine. Vous avez par ailleurs ajouté que ce site était particulièrement favorable aux activités artisanales et industrielles. Une autre politique relative au renouvellement urbain du Quartier du Renouveau est donc possible et cela aurait permis de conserver la cuisine centrale.

Bref, aujourd’hui que se passe-t-il concrètement ? C’est l’ouverture de l’acte III à travers la vente du matériel ayant servi au bon fonctionnement et à la pérennité de la cuisine centrale à savoir ladite thermoscelleuse par exemple.

Monsieur Le Maire, les Conflanais ont besoin de services publics forts, notamment à l’heure où la crise sanitaire n’a cessé d’accroitre les inégalités au sens large du terme dans la population : les inégalités sociales, économiques, scolaires et j’en passe… A notre échelle, seule une politique interventionniste locale à la keynésienne pourra réduire ces inégalités devenues insupportables aux yeux de la population. C’est ma vision du socialisme municipal. D’ailleurs j’aime beaucoup ce terme. Je n’ai aucun tabou à l’utiliser et j’en suis fier.

Pour en revenir à mon propos, la cuisine centrale aurait pu par exemple jouer un rôle fondamental dans le cadre du contexte sanitaire que nous traversons aujourd’hui en 2020 en assistant les plus faibles et les plus démunis à travers le portage des repas à des coûts moindres. C’est ce que nous aurions fait en vue de corriger les inégalités alimentaires car l’accès à la nourriture est un droit à la ville fondamentale. L’alimentation représente par ailleurs l’une des dépenses les plus importantes pour les ménages franciliens avec le logement et les transports.

Je rappellerai également que la gestion de la cuisine centrale était l’une des dernières compétences de la ville ayant permis ainsi de se rapprocher de ses concitoyens.  Celle-ci assurait des repas de qualité et cela ne vous a pas empêché malheureusement de signer un contrat avec une entreprise située à des dizaines de kilomètres de Conflans, qui sert aux enfants et aux personnes âgées de cette ville une nourriture de piètre qualité à un coût plus élevé. Sauf erreur de ma part, il me semble que c’est l’entreprise ELIOR qui est à présent délégataire de ce service public. Il faut maintenir la cuisine centrale pour la qualité des repas et la reprendre en régie. La gestion en régie de la cuisine centrale est d’autant plus d’actualité en raison de la crise sanitaire. Les nuisances pour la supprimer sont de faux arguments, d’ailleurs la cuisine centrale a continué à fonctionner pour d’autres clients aujourd’hui. Je vous l’avais déjà dit lors du Conseil Municipal du 06 juillet dernier.

Nous refusons qu’un programme immobilier vienne se substituer à la place d’un service public.

Nous voterons contre cette délibération.

Réaction à la réception des maires yvelinois à l’Elysée

 

Quinze élus dont le maire de Conflans-Sainte-Honorine ont été reçus par le chef de l’état en décembre en vue de demander plus de « justice, justesse, proximité et méthode » sur le terrain suite à une nouvelle journée de mobilisation des Gilets Jaunes. Comment le maire de Conflans-Sainte-Honorine ose-t-il réclamer au Président de la République plus de « justice, justesse, proximité et méthode » alors que ce dernier n’a cessé de dégrader notre ville à travers une politique anti-sociale dont les exemples sont nombreux (moins de services publics, moins de places accordées aux associations, fermetures des Bains-douches, suppression des ATSEM, annonce de la suppression de 40 places de crèche lors du conseil municipal du 28 mai 2018 bien que la demande de places en crèche ait été importante à ce moment là, mise en place d’un système de garderie et d’activités payantes aux enfants n’ayant rien à voir avec l’ambition affichée de la réforme des rythmes scolaires désireuse de fournir aux enfants une ouverture sur le monde, une socialisation et une culture, absence de régie susceptible pourtant de mener à une vraie politique de qualité et de service en plus d’être créatrice d’emplois…) ? Bref, les exemples sont si nombreux… Certains n’ont peut être pas le monopole du cœur mais Monsieur le Maire semble avoir le monopole de la démagogie car nous n’avons pas les mêmes notions de « justice sociale, justesse, proximité et méthode« . Je vous laisse donc juger l’énorme décalage entre les revendications souhaitées et la politique locale non conforme et incohérente au regard de ces mêmes revendications exprimées à l’Elysée. Quel mépris pour les Conflanais que de s’improviser du jour au lendemain le promoteur et le saint-bernard d’une démocratie participative dont la droite ne maîtrise pas vraiment les enjeux !
A vous de juger !
Pierre Mialinko