Interventions de Pierre Mialinko au conseil municipal de septembre 2020

12) CONVENTION DE SURVEILLANCE ET D’INTERVENTION FONCIERE AVEC LA SAFER (SOCIETE D’AMENAGEMENT FONCIER ET D’ETABLISSEMENT RURAL) DE L’ILE DE FRANCE

Monsieur Le Maire,

Cette délibération soulève les problèmes fonciers rencontrés par notre commune. Il ne s’agit pas simplement de traiter ici les enjeux agricoles mais également les problématiques liées à l’ordre et à la sécurité. L’exercice du droit de préemption est un outil qui permettrait d’y remédier en faisant appel à la SAFER.

Pour ma part, je mettrais une condition afin d’éviter une dépense inutile dans ce type de convention une fois signée. La condition serait de vous engager formellement ce soir autour de la table de ce Conseil Municipal à présenter un rapport d’exercice de ladite convention à la fin de la période annuelle soit en octobre 2021 et de de penser à son renouvellement éventuel.

Cela dit, nous estimons que ce n’est pas cette convention qui permettra d’éradiquer l’urbanisation sauvage, les chantiers illégaux, les divisions foncières en cœur d’îlot entraînant la suppression d’espaces verts, les divisions de maisons individuelles, la lutte contre les marchands de sommeil et les transformations de débarras en logement… Tout cela se pratique à une grande échelle dans la ville de Conflans et vous n’y avez jamais remédié ou si peu. Nous ne vous avons pas entendu sur ces sujets ou si peu. Vous ne vous êtes pas vraiment engagés en vue de lutter contre ces problèmes urbains car votre politique urbaine repose essentiellement sur la course acharnée à la promotion immobilière. Vous vous inscrivez purement et simplement dans la continuité de votre premier mandat.

Quant aux espaces agricoles, pour y revenir, nous regrettons que dès votre arrivée aux responsabilités en 2014 vous ayez modifié le PLU. Vous avez placé de nombreuses parcelles agricoles en zone constructible et en zone à urbaniser. Beaucoup de ces parcelles ont été construites à savoir par exemple au niveau de la rue du Maréchal Joffre à proximité du gymnase ou encore au niveau de la rue Arnoult Crapotte. Vous aurez donc du mal à vous faire passer pour le petit père des espaces agricoles. Par ailleurs et au regard de la délibération numéro 11 votée juste avant, vous restez le premier démolisseur de la ville avec ou sans permis de démolir.

Avant votre arrivée aux responsabilités, tous ces terrains urbanisés ou en cours d’urbanisation actuellement faisaient valoir de leur passé rural et traditionnel. C’est bien dommage ! Vous avez complètement cassé le bon bilan urbain de vos prédécesseurs soucieux d’harmoniser les espaces agricoles avec les espaces urbanisés. Vous avez en général laissé place à la spéculation, à la gentrification et à une densification urbaine sans signification ou plutôt à une banlieue dortoir et bien souvent au détriment des espaces agricoles et des espaces non bâtis.

Nous ne voterons pas évidemment contre cette délibération mais nous vous demanderons des comptes dans un an et nous vous interpellerons à ce sujet en vue d’apprécier les premiers résultats au regard de cette convention qui sera adoptée ce soir.

13) TRANSFERT DE PROPRIETE DU CENTRE NAUTIQUE A LA COMMUNAUTE URBAINE GRAND PARIS SEINE ET OISE DANS LE CADRE DU TRANSFERT DES COMPETENCES

Monsieur le Maire,

Nous sommes étonnés de l’appellation de cette délibération. En effet vous parlez de centre nautique or il a toujours été question d’un centre aquatique à ce que je sache. Nous ne faisons pas de ski nautique au centre aquatique de Conflans-Sainte-Honorine donc nous resterons sur cette appellation de centre aquatique. Pour pratiquer le ski-nautique, je vous invite Monsieur Le Maire à vous rendre aux étangs de Cergy. Soyez donc bien précis Monsieur Le Maire sur les termes que vous utilisez !

Le constat est malheureusement le suivant : le centre aquatique est un actif qui a coûté plusieurs millions d’euros aux contribuables conflanais. De plus, le centre aquatique est la propriété de la ville et est purement et simplement cédé à l’intercommunalité GPSO au sens « indemnité compensatrice » comme l’indique la délibération.

Franchement Monsieur Le Maire, c’est tout simplement stupéfiant. Nous sommes en pleine dérive dogmatique de vous-même et de votre équipe. Votre seule vision est celle de la communauté urbaine de GPSO dans laquelle vous vous êtes précipité et dans laquelle vous vous enfoncez avec un zèle et même avec une délectation qui me stupéfie. Mais qui êtes-vous pour gruger ainsi 36000 conflanais qui ont payé le centre aquatique ? Dans cette logique, seriez-vous prêts ainsi Mesdames et Messieurs de la majorité à céder gratuitement et sans indemnités vos propres patrimoines comme vos maisons, vos appartements, vos résidences principales et secondaires ? Cela reviendrait à déposséder vos enfants et ceux que vous aimez en général.

Il y a parmi vous mesdames et messieurs de la majorité des personnes qui travaillent certainement en entreprise. D’une façon générale vous représentez les sensibilités politiques qui louent à tout propos l’efficacité et la rationalité dans la gestion des entreprises. C’est d’ailleurs le mot d’ordre à La République En Marche que vous soutenez plus ou moins Monsieur Le Maire. J’aurais à ce propos une question Mesdames et Messieurs de la majorité : quelle serait la réaction de votre responsable ou de votre employeur si vous lui proposiez pour le bon fonctionnement de son entreprise de céder gratuitement ses actifs, ses biens et ses bureaux ? J’ai le sentiment que l’entretien pourrait tourner court car tout ceci entrainerait l’inscription chez Pôle Emploi aussi bien du salarié que de l’employeur faute de pragmatisme.

Mais rassurez-vous Mesdames et Messieurs de la majorité, en ce qui vous concerne, vous représentez moins de 2 conflanais sur 10. Vous êtes certainement légitime à vous affranchir du bon sens et de la raison et c’est ce que vous allez faire par votre vote unanime.

Monsieur Le Maire, vous continuez et cautionnez une opération de spoliation des Conflanais. Il s’agit d’une faute lourde et inexcusable dans le cadre de la gestion de notre ville.

Nous voterons évidement contre cette délibération qui est absolument scandaleuse.